Pages

dimanche 29 janvier 2012

Poussière d'homme, empreinte de coeur...

« Ce dimanche soir, tes jours d'homme m'ont filé entre les doigts. Au presque-commencement de ma vie, je t'ai perdu, toi avec qui je voulais la finir. La voix blanche et la colère noire, j'ai eu beau t'appeler, tu étais déjà parti, loin. Ta vie, minuscule tourbillon de quelques lunes et soleils, cessait là de tournoyer, sur le rivage carrelé blanc et glacé d'un hôpital. Je fais le rêve que l'on nous redonne une poignée d'heures, ravies entre le tomber d'un jour et le lever d'un autre. Ce ne sera qu'un tout petit montent, le temps de refermer les portes de notre vie ensemble. Rien qu'une escale pour rattraper ce temps arraché, et te dire l'après-toi, le sans-toi, la béance à chaque seconde de mes jours depuis ta vie suspendue... Poussière d'homme est une parole d'amour, d'homme à homme, dans un océan de perte et de chagrin. Ce récit est le rêve fou de ces adieux, la mise en mots de l'insoutenable absence, comme un supplément d'amour lorsqu'on craint que la douleur nous précipite dans la folie.»

Je sais, vous devez vous dire « Eh bé… C’est pas franchement gai… ». J’avoue que j’ai eu la même réaction lorsque ma meilleure amie, Candice, m’a offert ce livre. Et bien détrompez-vous ! « Poussière d’homme » est un livre magnifique qui s’adresse directement à nos émotions, à notre cœur. Au travers de ce récit, David Lelait nous raconte, se raconte à un moment de sa vie où le gouffre de la douleur s’ouvre sous ses pieds. Il sait utiliser les mots simplement, pudiquement et donne à son récit la beauté de l’amour vrai, puissant.

Pour la première fois, j’ai pleuré en lisant un livre, ce livre. Alors merci Candice de ce magnifique cadeau que tu m’as fait et merci à vous, David Lelait, pour ce témoignage poignant et bouleversant que vous nous offrez.

Y.R

Le temps presse...


Vous aimez les thrillers, les polars ? Et bien je vous conseille vivement un maître du genre, Mister Caleb Carr. Cet écrivain et historien militaire anglais nous transporte dans ses intrigues dès la première page. Je viens de terminer « L’aliéniste », dont voici la 4ème de couv’ : New York 1896... Un meurtrier auprès duquel jack l'Éventreur fait piètre figure sème aux quatre coins du Lower East Side les cadavres d'adolescents atrocement mutilés sans provoquer la moindre réaction des pouvoirs publics... Révolté par tant d'indifférence, Theodore Roosevelt, alors préfet, fait appel à ses amis John Schuyler Moore, chroniqueur criminel, et Laszlo Kreizler, aliéniste spécialiste des maladies mentales -, pour élucider cette énigme terrifiante. Leurs procédés sont révolutionnaires ! En étudiant les crimes, ils pensent pouvoir brosser le portrait psychologique de l'assassin, l'identifier et l'arrêter. Ils ont peu de temps : le meurtrier continue à frapper. Les obstacles se multiplient mais rien ne pourra les arrêter...
Même si le sujet traité n’est pas d’un abord facile, il nous révèle un aspect de Londres de la fin du 19ème qui est généralement peut traité dans les films puisque dérangeant. Quoiqu’il en soit, Caleb Carr nous transporte plus dans un contre-la-montre haletant que dans une chasse à l’homme. Les Experts n’ont qu’à bien se tenir car dans ce roman ils sont détrônés par une équipe qui se transforme en profilers de génie. A lire d’urgence !!!!

mercredi 25 janvier 2012

20 ans !!!


Voici 20 ans que nous nous amusons des péripéties de la famille Beaumont ! Une famille formidable !!! Certes, certains qualifieront cette série française de « gentillette », voire quelques fois « simplette»… Mais pour ma part, je pense qu’il n’en est rien ! Même s’il est vrai que le scénario offre à la famille Beaumont une situation économique plutôt confortable ; un pavillon en plein Paris, une galerie d’art qui s’ouvre aussi facilement qu’on éternue, des restaurants qui poussent comme des champignons et dont les ouvertures et les fermetures se succèdent, des démissions en rafales qui débouchent sur des embauches supersoniques, des voyages autour du monde et même une jolie retraite dans le village médiéval de Noyers sur Serein en Bourgogne…Tout ceci offre un cadre idyllique, c’est vrai ! Mais franchement, connaissez-vous une famille à qui il arrive autant de galères ???? Le pire c’est que l’on en rit tous ! J’avoue qu’à chaque épisode, je me régale des tribulations de la famille formidable ! Et je suis sûre que chacun d’entre nous peut retrouver au travers de ces personnages, certaines de ses connaissances, voire même ses propres traits de caractère. Combien de séries françaises nous offrent un spectacle de cette qualité, sans nous présenter des enquêtes de police à la pelle, des meurtres et de l’hémoglobine au litre ? Sans oublier que rare sont les fictions où les personnages principaux, notamment les femmes, ne sont pas aux prises de liftings outranciers ou d’injections de Botox en perfusion ? Et bien il me semble que cette prouesse doit être saluée ! Alors les Beaumont, je vous salue et franchement vous faites de mes soirées, des moments formidables !

dimanche 22 janvier 2012

Une association digne de ce nom !

J'aimerais vous présenter, si vous ne la connaissez pas encore, l'association MOBIL'douche. Cette association loi 1901 à but non lucratif, créée par trois de mes amies, a pour vocation la lutte contre l'exclusion sociale et la pauvreté. Le but est de mettre en place des services d'hygiène mobile à destination des sans abris et des mal-logés. Leur premier grand projet est de sillonner Paris à bord d'un mobil home spécialement réhabilité, proposant ainsi à ceux et celles qui en ont besoin, de prendre une douche et de se procurer des vêtements propres. Excellente idée me direz-vous ? Certes mais il fallait l'avoir ! Et bien Ranzi, Stéphanie et Laure l'ont eue ! Alors je vous invite à découvrir leur site, leur association et à soutenir leur action. Je vous donnerai des nouvelles de MOBIL'douche au fur et à mesure que j'en aurai.

samedi 21 janvier 2012