Pages

mercredi 27 février 2013

La passion selon de Palma...

Prenez pour décor la filiale d'une entreprise internationale, ajoutez une équipe de travail composée de femmes séduisantes et très très ambitieuses, parfumez d'un soupçon de manipulation et saupoudrez généreusement le tout de désir, vous obtiendrez la recette de "Passion", le dernier Brian de Palma...

Dans cette nouvelle adaptation du film d'Alain Corneau, "Crime d'amour", le sieur de Palma nous entraîne doucement dans l'univers de l'amour (un peu) et de la manipulation sexo-intello-sado-masochiste (sûrement !) d'un certain univers féminin. 

Autant préciser tout de suite, que le choix des actrices n'est pas anodin, puisque l'on retrouve dans le rôle de la supérieure manipulatrice et perverse, mais néanmoins ultra sexy à mort, la magnifique et dans celui de l'assistante un brin naïve mais pas si idiote, la mystérieuse

Ce duo au premier abord tout à fait professionnel, fait vite monter la température lorsque Christine, la boss, commence à venir chatouiller son assistante, Isabelle, sur un terrain on ne peut plus personnel... Autant dire qu'elle la chauffe à blanc ! On ne tiendra pas rigueur à cette dernière de tomber sous le charme d'une séductrice comme Christine, dont les tenues décontractées n'ont rien à voir, mesdames, avec nos survêt' en pilou-pilou ! 

Autant vous dire que la demoiselle sait ce qu'est un déshabillé !!! Bref !...

Tout pourrait être parfait dans le meilleur des mondes, si cette bonne vieille ambition professionnelle accompagnée de sa petite sœur manipulation ne s'invitaient aux réjouissances ! 
 
A trop titiller sa prochaine, on finit par le payer cher et ça, Christine va le comprendre un peu tard... 


Alors, le coupable est-il le professeur Moutarde dans la bibliothèque, avec le chandelier ou la fée Libido dans l'alcôve avec le canard coquin ???? Vous le saurez en allant voir ce film dont le dénouement n'est pas forcément celui auquel on pense... Ne faites pas comme certaines, ne vous laissez pas manipuler et faites attention à ce qui traîne dans vos tiroirs...


mardi 12 février 2013

Et maintenant ma première interview écrite !

SOUVENIRS DE JADE

INTERVIEW D'YSABEL ROUSSEAU


Interview accordée à Isabelle B. Price le 11 Février 2013 pour le site Univers-L.com.


Est-ce que vous pouvez vous présenter à nos lectrices et nous expliquer votre parcours ?

Je suis née dans une ville ouvrière de Saône-et-Loire, Le Creusot, Bourgogne. Mon enfance a été partagée entre Le Creusot et la ruralité d'une petite commune du Morvan, Anost. 

Très tôt je me passionne pour le théâtre et deviens vite fan de grandes artistes comme Jacqueline Maillan, Micheline Dax, Marthe Mercadier dont j'admire l'aisance sur les planches et le talent. Durant mon année de BTS, j'écris ma première pièce de théâtre Jamais deux sans trois qui fait l'ouverture du festival de théâtre amateur du Creusot en juin 1997 et sera rejouée à 9 reprises à Orléans quelques années plus tard.

Je monte à Paris en 2000 et en décembre 2005, je débute l'écriture de mon premier roman Souvenirs de Jade publié en juin 2012. 

Je suis, entre autres, passionnée par les Etats-Unis, l'anglais, la lecture et l'écriture. Parmi mes auteurs préférés, se trouvent Alexandre Dumas père, Ken Follett, Sarah Waters, Romain Sardou, Patricia Cornwell, Yasmina Khadra, Dan Brown...

Je vis aujourd'hui en banlieue parisienne. Je n'ai pas d'enfant mais un lapin ! Et je ne me cache pas de vivre l'amour au féminin.

Vous pouvez suivre mon actualité sur mon site "L'arc-en-ciel d'Ysabel" à l'adresse : www.ysabel-rousseau.com


Souvenirs de Jade est votre premier roman. Pouvez-vous nous dire comment vous est venue l'envie de devenir auteure ? Qu'aimez-vous dans l'écriture ?

À vrai dire, j’ai très tôt imaginé des histoires. Plus jeune, j’étais plus souvent dans les nuages que sur Terre. J’aimais créer des personnages imaginaires à qui il arrivait des aventures. Je n’avais aucun problème pour m’amuser toute seule. Au collège, mon prof de français nous a présenté Molière et je suis tout de suite tombée amoureuse de son théâtre. Dès lors l’envie d’écrire aussi du théâtre est née en moi, pour ne plus jamais me quitter. Ce que j’ai fait concrètement quelques années plus tard.

Concernant l’écriture d’un roman, l’envie m’est venue peu après mon arrivée sur Paris. J’avais envie de raconter une histoire ciselée et plus longue que ce que l’on peut faire sur une scène de théâtre. J’avais vécu une histoire d’amour très forte en émotion et lorsque cette dernière a pris fin, j’ai connu ce que l’on appelle un vrai chagrin d’amour dont j’ai mis plusieurs années à me remettre. J’avais dû faire mon deuil dans un parfait silence puisque ma famille et mes amis ne savaient rien de mon homosexualité à l’époque. Ce fut une période très dure à vivre. De là est née la ligne rouge de Souvenirs de Jade.

L’écriture me procure un vrai plaisir. Elle me permet de m’évader et me fait me sentir bien. Je suis toujours en meilleure forme lorsque j’ai le temps d’écrire.


Vous n'avez pas choisi la facilité en faisant d'Axelle une femme blessée qui se sent coupable de la mort de son amante. Pourquoi avoir choisi de parler du deuil en préambule de l'histoire d'amour ?

Comme je vous le disais, « Souvenirs de Jade » est né de ma propre expérience. La perte de l’être aimé qu’elle soit physique ou non, reste un deuil. Une forme moins définitive certes, mais un deuil tout de même. Je ne voulais pas écrire un roman autobiographique car je ne pense pas avoir une vie assez extraordinaire pour la raconter, mais je voulais parler de ce déchirement que l’on ressent lorsqu’une histoire d’amour très intense se termine. La notion de culpabilité est un aspect très intéressant de la vie en général. Elle n’est jamais vécue de la même manière selon les situations et les individus. Avoir choisi le deuil en préambule, surtout pour un premier roman, peut s’avérer un pari risqué mais c’est aussi une manière très forte de se présenter aux lecteurs. « Souvenirs de Jade » n’est pas un roman mortifère, au contraire !


Comment est née l'histoire de Souvenirs de Jade ? Combien de temps a-t-il fallu pour passer de l'idée au roman enfin publié ?

Partant de ma propre expérience, j’ai construit mon roman comme on visionne un film. C’est d’ailleurs ma manière de mettre en place mes histoires. Il m’a fallu sept ans pour parvenir à la publication de ce roman. Environ six ans d’écriture (avec des périodes « blanches ») et un an pour trouver un éditeur et préparer la sortie du livre. Le processus de publication est un vrai parcours du combattant, surtout lorsque l’on présente son premier roman sans être « connu ». Je peux vous dire que ce processus est plus long et douloureux que l’écriture elle-même. Même si écrire demande un véritable investissement de temps et d’émotions…


Souvenirs de Jade c'est un peu l'histoire d'une seconde chance, non ? Vous pensez qu'on peut aimer aussi fortement plusieurs fois dans sa vie ?

Chaque histoire d’amour est différente. Les années nous forgent et l’on appréhende les choses différemment à 20 ou 30 ans. Je suis sûre que chacune d’entre nous, ne peut s’empêcher de comparer une histoire présente à une histoire passée. Il est vrai que l’on n’aime pas de la même façon à chaque fois. Mais je pense que si les histoires se vivent différemment, c’est parce que l’on est nous-mêmes différentes à chaque fois. On apprend à chaque fois, sur l’amour et sur nous-mêmes. On essaye de tirer des leçons de nos histoires. Reste à savoir si l’on est capable de ne pas commettre sans cesse les mêmes erreurs…

Oui, je crois que l’on peut aimer aussi fortement plusieurs fois. Différemment, mais tout aussi fortement. J’aime à le penser en tout cas, sans quoi la notion d’espoir n’a plus lieu d’être. Et lorsque l’on est « fleur bleue » comme je le suis, l’espoir est souvent tout ce qu’il nous reste face aux déconvenues…


Les Editions Amalthée sont une maison d'édition généraliste. N'avez-vous pas craint de ne pas être publiée au vu de l'histoire d'amour homosexuelle ?

J’avoue que je n’ai pas voulu y penser. J’écris avant tout avec mon cœur et je ne voulais pas mentir pour entrer dans le monde de l’écriture. J’ai pris le risque et cela a été positif. Par ailleurs, je pense qu’il faut forcer les portes des éditions généralistes et ne pas forcément rester dans « le milieu » afin de faire connaître nos histoires au plus grand nombre. Nous ne sommes pas des auteures ou des gens à part. Nous faisons partie de cette société autant que ceux qui écrivent des romans « hétéros ». Il est important de faire le premier pas, sans quoi personne ne viendra nous chercher.


Par curiosité, comment définissez-vous Léanne qui a été mariée avec un homme et qui tombe amoureuse d'une femme ?

Une femme intelligente !!! (Rires)

Léanne est une femme à l’écoute de ses propres émotions. Elle n’a pas peur de ce qu’elle peut ressentir. Elle est à la fois curieuse (laquelle de nous ne l’est pas ?) et à l’aise avec sa sexualité. Il faut dire qu’Axelle est géniale non ?! (Rires)


De quoi êtes-vous actuellement la plus fière ?

Lorsque mes lecteurs (ce sont majoritairement des femmes, mais quelques hommes m’ont envoyé leurs avis) me disent qu’ils ont passé un bon moment. Certaines femmes m’ont dit que la lecture de mon roman leur avait donné tant d’émotions par moment, qu’elles avaient dû faire une pause. Elles se sont retrouvées dans mes personnages ou dans les situations que vivent ces derniers. Créer LES émotions, c’est ça qui me fait le plus plaisir.


Avez-vous un autre livre en préparation ?

Oui mon second roman est en ce moment en cours d’écriture. Il traitera de la recherche des origines. Ma lectrice officielle (elle ne fait pas partie de notre paroisse…) qui se reconnaîtra, apprécie déjà ce qui est écrit. Nous nous connaissons depuis plus de 25 ans et je sais qu’elle ne me passe pas de pommade. Si c’est bon elle me le dit, si c’est moyen, elle me le dit aussi. C’est une partenaire d’écriture à part entière. Je peux d’ores et déjà vous dire que celui-ci ne sera pas estampillé « roman lesbien » mais que les copines se rassurent, il n’y aura pas que des hétéros !...


Sinon, en ce début d'année 2013, que peut-on vous souhaiter pour l'avenir ?

Un succès pour Souvenirs de Jade et la publication de mon nouveau roman. Et pour vous, je vais laisser échapper un scoop (Rires), il s’appelle «De père inconnu »… Et aussi l’amour ! Ça ne mange pas de pain après tout !!! (Rires)

Merci à vous de tout cœur.

dimanche 10 février 2013

Vous reprendrez bien un Xanax pour la route ?...

Il s'appelle Pat (), il a disjoncté après avoir trouvé sa femme et son amant dans les bras l'un de l'autre sous la douche. Donc après avoir cassé la gueule de l'amant dans la plus efficace tradition, le tribunal le condamne à huit mois d'hôpital psy'. A sa sortie, il retourne chez ses parents et préfère le sport au traitement médical. Un soir, au cours d'un dîner chez un copain, il rencontre Tiffany (), mystérieuse, atypique et un peu déjantée aussi. 

Après avoir comparé leurs expérience des différents anxiolytiques présents sur le marché, lui, essaye de la fuir et elle, lui court après...  Lui, espère reconquérir son ex-femme et elle, tente de se remettre de la mort de son mari grâce au sexe à haute dose...

A la suite d'un marché, dont je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, Pat accepte d'être le partenaire de danse de Tiffany lors d'un concours régional.

La danse remplacera-t-elle les médocs et les aidera-t-elle à chasser leurs démons ?

Une comédie romantique très réussie où l'on retrouve le beau et sexy Bradley Cooper et son regard bleu azur. On se prend de tendresse pour ces deux jeunes gens aussi paumés l'un que l'autre.



 
J'ai adoré ce pas de deux dont la posologie est savamment équilibrée. L'histoire est simple et touchante. Les spectateurs adhèrent à cette course contre la mélancolie.

Si vous voulez passer un bon moment, je vous conseille vivement ce film, à consommer sans modération.


mardi 5 février 2013

Zen...

Le temps vous donne le bourdon ? Le boulot vous donne envie de prendre des cours de pyrotechnie sur Internet ? Votre ex squatte votre messagerie ? Bref, vous en avez marre et souhaitez juste un break ? Et bien laissez-vous porter par Madame Sonia Rochel. Cette dame est visiblement une spécialiste dans la technique du bain-thalasso pour bébé... Et croyez-moi, après ces 5'13 de douceur et de tendresse, vous serez tout zen pour attaquer cette nouvelle journée et les autres qui suivront... 

Bravo au réalisateur de cette vidéo. Images, musique, montage tout est absolument parfait...

Installez-vous et ouvrez-vous à la zenitude !