Pages

samedi 22 août 2015

Laissez-vous porter par "La belle saison"...


Delphine vit à la campagne et travaille à la ferme familiale. Depuis toujours elle est attirée par le beau sexe. Carole est prof' d'espagnol et vit à Paris avec Manuel. 

Quelles étaient les chances pour que ces deux femmes se rencontrent ? Quelles étaient les chances pour qu'elles tombent amoureuses ?... Quelles chances avaient-elles de vivre leur amour au grand jour, dans une France qui voit naître les années 70, alors que le MLF se bat afin que les femmes aient droit à un salaire tout comme les hommes, aient accès à la contraception, à l'avortement, à la liberté d'être, tout simplement ?


Catherine Corsini
Catherine Corisini, à qui l'on doit entre autres "Partir" et "La répétition", nous invite ici et d'une sublime manière, à suivre cette histoire d'amour à la belle saison. Celle où le soleil dore la peau, rend la terre sèche et l'herbe craquante sous les corps qui s'enlacent. 

Avec une simplicité et une honnêteté qui rendent heureux, la réalisatrice offre à Cécile de France (Carole) et Izïa Higelin (Delphine) deux rôles magnifiques que les actrices vont habiter tout aussi magnifiquement. Les paroles sont vraies, les sourires, sincères, les frustrations, palpables, les scènes d'amour, authentiques.

Dans "La belle saison" tout n'est que justesse. Les décors, les costumes, l'actualité, les mœurs. Ce film est si bien réalisé que l'on a l'impression de faire partie de l'histoire. D'être de ces femmes pour qui rien n'est acquis et tout reste à faire.

Cécile de France (Carole)
On apprécie les prestations de Cécile de France qui tient là (encore) un rôle de lesbienne avec une authenticité et une exactitude qui ne nous laissent pas indifférentes (;-)), d'Izïa Higelin qui revêt avec talent le costume de la jeune ouvrière agricole, mais aussi de Noémie Lvovsky qui campe le rôle de la mère de Delphine et qui tente de comprendre ce qui arrive, avec une sincérité et une maîtrise que l'on ne peut qu'apprécier.

Izïa Higelin (Delphine)
Vous l'aurez compris, j'ai été séduite par "La belle saison" et je vous conseille vivement d'aller voir ce film. Il fait dès à présent partie de mon top 10 des excellents films qui traitent de l'homosexualité féminine mais aussi de la condition de la femme.

 





Si vous allez voir "La belle saison", votre été n'en sera que plus lumineux...

Y.R
 

mardi 4 août 2015

Midwife speaking...

Tout le monde sait que les anglais ne sont pas des cordons bleus... Ah ben si, ça tout le monde le sait !... Mais savez-vous que ce qu'il ne savent pas faire en cuisine, ils se le font pardonner sur petit écran ?

Je crois pouvoir dire que je suis une vraie fan de séries TV. J'ai grandi avec le petit écran à une époque où les personnages étaient travaillés, les mises en scène simples mais de qualité et où les chaînes (6 à l'époque...) n'avaient pas encore créé ces programmes débiles de téléréalité, présentant à ceux qui n'ont pas encore compris que le temps perdu à regarder de telles conneries ne se rattrape jamais, les aventures de bimbos et de têtes creuses... Bref, je vous parle d'un temps que les moins de quarante ans ne peuvent pas (malheureusement pour eux) connaître...

Alors pour ceux et celles qui aiment les vraies, bonnes, voire excellentes séries, je vous invite à partir à la découverte de "Call the Midwife".

Une des meilleures séries anglaises de ces dix dernières années.

Avec un casting absolument parfait, une réalisation tout en finesse, des scenarii réfléchis, cette série vous rendra vite addict.

Mais aucune crainte à avoir puisque vous serez confiés aux bons soins de l'infirmière Jenny Lee, qui débute là sa carrière de sage-femme dans l'un des quartiers les plus pauvres de Londres, l'East End, à la fin des années 50. 

Le personnage principal est interprété par Jessica Raine qui offre à Jenny Lee, toute la délicatesse et la bonté que l'on peut attendre de ces femmes qui en aident d'autres à un moment de leurs existences où elles sont les plus courageuses mais aussi les plus vulnérables ; l'accouchement.  

Entourée de ses collègues et de religieuses, toutes professionnelles de santé, vous découvrirez la vie des gens de ce quartier, leurs joies, leurs peines, leurs habitudes, leurs croyances. 


Ce sont les souvenirs de Jennifer Worth (25.09.1935 – 31.05.2011) qui servent de canevas à cette réalisation de Heidi Thomas. Jennifer Worth qui porta tour à tour la coiffe d'infirmière, de sage-femme, de musicienne et d'écrivaine nous raconte à travers cette adaptation, ce que fut sa vie auprès des plus pauvres, matériellement mais des plus riches, humainement.

Parmi les actrices qui composent le casting et qui remplissent excellemment bien leurs offices, c'est avec plaisir que l'on retrouve la célèbre actrice anglaise Pam Ferris qui incarne sœur Evangelina. 
Personnage haut en couleurs. Tantôt ronchonne, drôle, brusque, téméraire ou bien encore impassible, elle complète une équipe conventuelle loin d'être conventionnelle...

Croyez-moi, "Call the Midwife" est une série à découvrir et à faire découvrir.  C'est un voyage dans le passé que l'on ne souhaite pas voir se terminer, tant les histoires que ces femmes nous racontent sont pleines d'humanité, de tendresse, d'espoir, d'humour et de véracité...

Y.R