Pages

samedi 9 mai 2015

Que se passe-t-il "Derrière la porte" ?

"Angleterre, 1922. La guerre a laissé un monde sans homme. 

Frances, vingt-six ans, promise à un avenir de vieille fille revêche, habite une grande maison dans une banlieue paisible de Londres avec sa mère. Pour payer leurs dettes, elles doivent sous-louer un étage. L'arrivée de Lilian et de Leonard Barber, tout juste mariés, va bousculer leurs habitudes mais aussi leur sens des convenances. 

Frances découvre, inquiète et fascinée, le mode de vie des nouveaux arrivants : rires, éclats de voix, musique du gramophone fusent à tous les étages. Une relation inattendue entre Frances et Lilian va bouleverser l'harmonie qui régnait dans la maison..."

Comme à son habitude, à travers ce nouveau roman, Sarah Waters nous transporte dans un univers qui porte sa marque, son style et ses codes. Une nouvelle fois, cette auteure de grand talent nous fait partager sa vison de la lutte des classes. Elle nous permet au fil des 700 pages de son sixième roman, "Derrière la porte", de nous glisser subrepticement et délicieusement dans le quotidien de Frances et Lilian, c'est deux femmes que tout oppose dans une société qui se relève à peine de la première guerre mondiale, de la disparition des frères, pères et maris morts au combat, laissant derrière eux une Angleterre encore fumante des bombardements et toujours profondément marquée par l'empreinte de l'époque Victorienne. 

Ces deux femmes dont les chemins n'auraient jamais dû se croiser vont pourtant vivre, par la force des choses, sous le même toit. L'une espère une vie pleine de surprise et de nouveauté alors que l'autre ne les attend plus. 

Sarah Waters a encore sévi. Avec son style discret mais terriblement humain, elle nous entraîne dans le tourbillon qui va avaler ses deux héroïnes, sans nous laisser le temps de comprendre ce qui nous arrive. N'espérez pas pouvoir poser ce roman en pensant le reprendre quand vous aurez deux minutes devant vous. Il est fort à parier que vous ne ferez qu'y penser, un peu comme Frances pense à Liliane. Vous voudrez retrouver l'intimité de cette maison aux occupants tout en mystère, un peu comme Liliane voudrait lever le voile sur les secrets qui entourent Frances.

Mais attention les amis, soyez avertis que si vous commencez à lire Sarah Waters, vous n'aurez d'autre souhait que de vouloir en lire plus encore. Chanceux que vous êtes, car vous pourrez assouvir ce désir avec les cinq premiers romans de l'auteure, "Caresser le velours", "Du bout des doigts", "Affinités", "Ronde de nuit" et "L'indésirable"...

Et que les cinéphiles se rassurent, ses quatre premiers romans ont été adaptés au cinéma et à la télévision et l'on peut dire que ces adaptations sont d'une remarquable justesse, ce qui est assez rare pour être souligné...

Enfin, si comme moi, vous avez la chance de rencontrer un jour Sarah Waters, vous pourrez alors constater qu'elle est à l'image de ses romans, humble, humaine, discrète et mystérieuse...

Y.R