Pages

vendredi 25 novembre 2016

Stop à l'hypocrisie !!!



Monsieur,

Je fais partie des citoyens qui seront, en 2017, appelés aux urnes afin d'élire notre prochain Président de la République. Je ne suis ni de gauche, ni de droite. Je ne crois en aucune formation politique compte tenu des "affaires", des mensonges, de l'ignorance des réelles conditions de vie des français, du mépris et tout simplement de la bêtise de certains hommes et femmes politiques tous partis confondus.

Trop souvent, vos collègues nous ont montré que l'appât des avantages et quelques fois du gain liés à leurs places sont plus importants que leurs missions de service, leurs engagements, envers le peuple français.

Titulaires de comptes dans des paradis fiscaux à "l'insu de leur plein gré", malades de phobie administrative qui les empêchent de payer leurs impôts (?), obsédés sexuels qui confondent les fesses des femmes avec l’essuie-main, narcoleptiques chroniques durant les sessions de l'Assemblée Nationale et autres profils du même acabit, payés avec nos impôts, m'ont dégoutée depuis longtemps de la vie politique française.

Cependant, notre pays ne pouvant se passer de représentants (ce qui nous ferait quelques fois presque regretter la Monarchie), je fais partie de celles qui tiennent à exercer leur droit de vote si durement et chèrement acquis.

Vous êtes aujourd'hui candidat à la primaire de la droite et du centre et vous avez, tout comme votre adversaire, un programme regroupant vos propositions pour redresser notre pays et le sortir de la mélasse économique dans laquelle il est tombé depuis plusieurs années.

En cela, je ne vous oppose aucun argument, car je pense également qu'il faut faire bouger les choses et tout tenter pour redonner à notre pays la grandeur qui a été la sienne il y a bien longtemps.

Nonobstant, là où je vois rouge c'est lorsque je vous entends exposer vos positions sur la politique familiale.

Concernant un passage de votre livre dans lequel vous écriviez que l'IVG était un «droit fondamental», vous avez déclaré durant une interview lors d'un meeting le 22 juin dernier : «Ce n'est pas ce que je voulais dire. Ce que je voulais dire, c'est que c'est un droit sur lequel personne ne reviendra. Philosophiquement et compte tenu de ma foi personnelle, je ne peux pas approuver l'avortement»

Mais que vient faire votre foi personnelle dans le traitement de cette question ???????

Nous n'élisons pas un Président en fonction de ses croyances religieuses !!!! Nous sommes en France pas au Vatican ! Nous élisons le Président d'une république laïque !!!!

Laïque : Qui concerne la vie civile en opposition à la vie religieuse.

Vous dites que vous ne toucherez pas au statut de l'avortement ? Il ne manquerait plus que ça !!!! L'IVG EST UN DROIT FONDAMENTAL humain même si ce dernier n'est pas inscrit dans la Constitution (ce qui serait peut-être une bonne chose à faire d'ailleurs !)

Si je t'attire votre attention et celui de mes lecteurs sur l'importance de votre foi personnelle c'est aussi parce que cette dernière se glisse pernicieusement dans la question de la filiation des enfants de couples homosexuels.

Vous vous dites soucieux de l'identité de l'enfant et de son bien être ? Qu'un enfant est le fruit d'un homme et d'une femme ? D'un père et d'une mère ? Merci pour cette leçon de sciences naturelles Monsieur Fillon, il aurait été dommage de ne pas la rappeler à ceux qui croient encore aux cigognes, au risque de mettre à mal leurs illusions...

Mais dans le cas présent, les termes adéquats ne seraient-ils pas "géniteurs" ou "parents biologiques" ? 

Avec la position qui est la vôtre sur cette question, il est évident que vous privilégiez la vision biblique de la famille et non la réalité de notre société qui se compose de modèles divers et variés.

Vous évoquez le bien être de l'enfant avant tout ? Mais d'où tenez-vous que les enfants de couples homosexuels ne sont pas heureux ? Que leurs parents ne souhaitent pas les protéger contre les accidents de la vie ? Bien au contraire !!! C'est bien pour ça que lorsque deux parents de même sexe se voient comblés par l'arrivée d'un enfant, ils souhaitent le protéger en l'adoptant plénièrement ! 

En quoi cela vous gêne-t-il !!!??? Nous ne nous érigeons pas en Père la Morale quant à votre façon d'élever vos enfants ? Alors pourquoi le faites-vous ?

Si vous et vos amis catholiques-conservateurs-anti-mariage-pour-tous êtes si attachés au bien être des enfants, pourquoi ne pas être montés au crédo par le passé pour faire évoluer la législation concernant les violences dont ils sont si souvent victimes ? Durcir les lois visant à punir ces bourreaux qui se rendent coupables de crimes les plus odieux les uns que les autres ?

Sauf erreur de ma part, les gentilles petites familles qui ont défilé sous l'étendard de la "Manif pour tous" en criant "les pédés au bûcher" n'ont jamais envahi les rues de Paris pour réclamer justice pour le petit Valentin et la petite Fiona assassinés respectivement en 2008 et 2013....

Je n'ai pas souvenirs d'une mobilisation nationale, à grands renforts de TGV spécialement affrétés, pour un alourdissement des peines de prison pour les tueurs et les violeurs d'enfants ainsi que pour les pédophiles.

Sommes-nous obligés de reprendre les chiffres des statistiques sur l'orientation sexuelle de ces criminels ? Sommes-nous obligés de vous rappeler que dans la quasi totalité ces barbares sont hétérosexuels ? 

Et vous nous parlez de votre intérêt du bien être de l'enfant ???

Mais arrêtez d'être hypocrite Monsieur Fillon !!!! Arrêtez de faire passer les couples homosexuels pour les grands méchants loups ! Ce n'est pas de savoir les enfants protégés qui vous motive ! C'est de vous assurer et de rassurer les cols Claudine et les porteurs de missels que les enfants de couples homosexuels n'auront jamais vocation aux mêmes droits que vos chères petites têtes blondes élevées dans la foi catholique-bien-pensante, hypocrite et malsaine comme ceux qui écument de rage et de haine derrière Christine Boutin et l'autre échevelée durant vos manifestations homophobes, savent la dispenser.

Je suis également catholique monsieur et je me félicite de ne rien avoir en commun avec vous et vos amis de la "Manif pour tous" qui piétinez les principes fondamentaux de fraternité, de tolérance et d'amour qui composent MA foi.

Le résultat de la primaire sera ce qu'il sera, mais sachez que si toutefois vous accédez à l’Élysée l'an prochain, je ne cesserai de lutter, de me battre, dans le respect des lois de la République, aux côtés de mes frères et sœurs de la communauté LGBT pour que jamais la Bible ne prenne la place du Code Civil.

A bon entendeur.

Ysabel Rousseau

jeudi 1 septembre 2016

Vive la mariée ! Enfin... Presque...



Trish Doolan (Alex et réalisatrice)
Lorsque l'on vous demande d'être demoiselle d'honneur, vous êtes censée être ravie. Lorsque l'on vous demande d'organiser l'enterrement de vie de jeune fille de la mariée, vous êtes encore une fois, censée être ravie. Mais lorsque la promise n'est autre que votre ex-compagne avec laquelle vous avez eu une relation cachée durant cinq ans et qui vous a quittée pour se conformer au bon vieux cliché du couple hétéro, alors là... Vous êtes beaucoup moins ravie...

C'est à peu près l'état d'esprit d'Alex alors qu'elle termine de mettre en place le buffet et que les invitées ne vont pas tarder à arriver.

Il ne manque plus qu'April pour achever le tableau et les derniers espoirs d'Alex...

Maria Cina (April)
Et puis zut !!! Si on mettait les pieds dans le plat pendant que tout le monde se sert ?... Après tout... Il n'y a aucune raison de ne pas pimenter un peu l'ambiance parmi les invitées, dont une psychologue, une esthéticienne, une latine en pleine crise amoureuse, une ado introvertie, une désespérée de tomber enceinte, une actrice opérant dans l'industrie des films pour adultes, une jalouse aux canaux carpiens en vrac, la future mariée et la mère de celle-ci qui ne se sépare jamais de son chapelet...


Voici le cocktail explosif du film de Trish Doolan "April's shower", qui nous embarque dans un tourbillon de situations les plus inattendues les unes que les autres. La réalisatrice qui campe également le rôle d'Alex, partage la vedette avec Maria Cina qui interprète délicieusement April. Jeune femme qui, malgré un fiancé charmant, aimant, au sourire ravageur, ne parvient pas à oublier celle qu'elle n'a jamais cessé d'aimer. Au grand dam de sa mère qui voit dans cette situation un aller simple pour l'Enfer réservé au nom de sa fille.

"April's shower" est un joyeux vaudeville à l'américaine qui ne pourra que vous faire sourire car tout le monde sait bien que rien n'est plus divertissant que les galères des autres, non ?

Alors n'hésitez pas, mêlez-vous à la fête et voyez ce qu'un enterrement de vie de jeune fille peut donner lorsque l'hôtesse jette sa dernière carte et que la future mariée relance le jeu...

Vous serez peut-être étonnées de voir qui ramasse la mise !...

Y.R




mercredi 31 août 2016

I can't think straight !



Tala est jordanienne, jeune chef d'entreprise au caractère bien trempé et catholique. Elle vient de se fiancer et prépare son mariage lorsque qu'un de ses amis lui présente la jeune femme avec laquelle il sort depuis peu, Leyla.

Lisa Ray (Tala)

Leyla est anglaise, douce, timide et issue d'une famille indienne musulmane. Son père espère la voir reprendre l'affaire familiale alors qu'elle, aspire à devenir écrivain.

Sheetal Sheth (Leyla)

Les deux jeunes femmes deviennent rapidement proches jusqu'au moment où Tala cède aux charmes de Leyla. Alors que celle-ci ressent le besoin de dire à ses parents que les hommes ne l'intéressent pas, Tala refuse de faire de même ne voulant pas aller contre sa culture et la moralité de sa famille.


Poussée par son besoin de liberté et d'honnêteté, Leyla fait le grand saut et sort du placard alors que Tala s'obstine et envisage de se marier, malgré ses sentiments pour la jeune anglaise...

Shamim Sarif, qui a déjà réalisé "The World Unseen", porte à l'écran un an plus tard, "I Can't Think Straight" avec ses deux actrices fétiches, Lisa Ray et Sheetal Sheth.

Shamim Sarif


Encore une fois, la réalisatrice nous entraîne dans une histoire originale sur fond de mélodies orientales et délicieusement interprétée par ses protégées.


 

Lisa Ray et Sheetal Sheth campent leurs doubles avec talent et réussissent comme elles savent si bien le faire, à nimber leur couple de réalisme et d'authenticité. En plus d'être un film qui parle de l'amour entre femmes, "I Can't Think Straight" met en avant avec intelligence, la question de l'homosexualité dans les cultures du Moyen-Orient et Indienne sans jamais tomber dans les habituels clichés.


Alors si vous souhaitez découvrir une comédie romantique pas comme les autres, n'hésitez pas à partir à la rencontre de Tala et Leyla.

Y.R

lundi 29 août 2016

It's not always what you expect...



Barbara Niven (Rebecca)
Rebecca est une femme à l'automne de sa vie. Mère de trois enfants et épouse dévouée à un mari qui ne la regarde plus, elle désespère que connaître un jour les effets de la passion et les plaisirs de l'amour.

Sur la suggestion un peu loufoque d'une amie, elle se laisse tenter par l'idée d'avoir une expérience extra-conjugale avec une femme.

C'est là que Paris, jeune call girl upper class, fait son entrée...

Jessica Clark (Paris)

Ce qui devait être un rendez-vous sortant de l'ordinaire, va se muer en une expérience hors du commun. Les réticences de Rebecca sont nombreuses et tenaces. Il n'est pas aisé de se tourner vers le beau sexe lorsque vous n'avez connu que les hommes. Petit à petit, avec la délicatesse de la rosée du matin et la douceur d'une brise d'été, Paris va faire tomber les murailles psycho-sociales qui enserrent Rebecca.


Mais si faire tomber les tabous de sa cliente faisait aussi voler en éclat la carapace de Paris ?...

Avec "A Perfect Ending", Nicole Conn, à qui l'on doit notamment l'excellentissime "Elena Undone", nous entraîne encore une fois dans son univers cinématographique et ceci pour notre plus grand plaisir. Comme toujours la réalisation est soignée, les lumières pensées à la perfection et le scénario ciselé.  

Nicole Conn a de nouveau réuni deux actrices qui savent incarner leurs personnages comme on se glisse dans une seconde peau. La sensibilité et la fragilité de Rebecca sont interprétées magnifiquement par Barbara Niven qui réussit là, à mon avis, une performance. La force et la sensualité presque féline de Paris, sont jouées par Jessica Clark, dont la voix suave et légèrement grave accentue sa beauté de brune incendiaire.


Vous l'aurez compris, "A Perfect Ending" est un film à voir. Une histoire à découvrir.  Et je peux vous garantir que vous ne pourrez pas facilement oublier le timbre de la voix de Paris. Ne soyez pas étonnées si vous l'entendez vous murmurer à l'oreille pendant vos rêves...

Y.R

Séances de dédicaces au Breuil (71670) et à Montceau-les-Mines (71300) le samedi 24 septembre prochain !



Hello chers lecteurs !
 
Je suis heureuse de vous annoncer que je serai en séances de dédicaces en Saône-et-Loire le SAMEDI 24 SEPTEMBRE prochain :

- de 9h30 à 12h30 à l'Espace Culturel du Breuil (71670) - rue Charleville,
Pourquoi ne pas se rencontrer ou se revoir et papoter un brin ensemble ?
 
Alors n'hésitez pas à venir nombreux !!!

Ysabel 

dimanche 31 juillet 2016

Craignez les "Déesses indiennes en colère"...


Elles s'appellent Joanna, Laxmi, Pamela, Madhureeta, Suranjana, Frieda, Nargis. Elles sont actrice, domestique, femme au foyer, chanteuse, chef d'entreprise, photographe, militante écolo. Elles vivent en Inde et tentent de se faire une place dans une société qui porte aux nues ses déesses et méprise ses femmes.
Chacune à leurs manières, ces sept femmes font de la liberté le Saint Graal de leurs existences. Jour après jour elles bataillent contre les préjugés, les lois, la société patriarcale, les coutumes et les habitudes qui donnent aux hommes privilèges et liberté de traiter les femmes comme bon leur semble. Plus souvent comme des objets et des êtres sans droits qui ne peuvent que subir sans espérer être entendus.

Malgré leurs conditions de vie au cœur de cette société qui les voit mais ne les regarde pas, qui les entend mais ne les écoute pas, ces sept jeunes femmes résistent à l'oppresseur et osent rêver, s'amuser, entreprendre, aimer, se battre. Même si chacune de leurs actions est une provocation à l'ordre établi, ces femmes lui tiennent tête avec un courage que peu d'entre nous sont capables d'avoir.


Avec cette réalisation Pan Nalin, nous offre un point de vue sensible et féminin de la société Indienne qui tranche brutalement avec celui des hommes qui peuplent ce film. 

Il dépeint des femmes vraies, radieuses, fortes, amoureuses, sensibles et aussi belles que peuvent l'être des êtres de lumière plongés dans l'obscurantisme.

Si vous aimez aller à la rencontre des cultures qui vous sont inconnues, des gens en général et des femmes en particulier, allez voir "Déesses indiennes en colère". Vous en ressortirez changés, comme un paysage bousculé par une tempête d'émotions.

Y.R


 

mardi 19 juillet 2016

Elena


Elena (Necar Zadegan) est photographe, mère et mariée à un pasteur. Peyton (Traci Dinwiddie), elle, est célibataire, écrivaine et ouvertement lesbienne. 

Necar Zadegan (Elena)
Toutes deux vivent dans une petite ville de province américaine, où la vie est surtout rythmée par la régularité d'une certaine routine.

C'est à l'occasion d'une réunion d'information sur l'adoption qu'Elena et Peyton font connaissance. De cette première rencontre va naître une amitié qui, pour l'écrivaine, se mue rapidement en une cascade de sentiments à l'égard d'Elena.


Traci Dinwiddie (Peyton)
Réalisé par Nicole Conn à qui l'ont doit notamment le très célèbre "Claire of the moon" devenu un des classiques des histoires de femmes, Elena Undone nous offre, à l'image d'un magnifique cadeau, le récit d'une superbe histoire d'amour.  

Dans une réalisation qui mélange savamment tendresse, humour, religion, sensualité et érotisme à fleur de peau, les deux actrices principales sont absolument divines et sublimes. 



Cette histoire d'amour nous est contée toute en douceur, un peu comme un bonbon qui fond doucement dans la bouche, libérant onctueusement ses saveurs sucrées. En outre ce film présente de la manière la plus sensuelle qui soit, le plus long baiser de toute l'histoire du cinéma. 

Et quel baiser !... 
 


Bref, si vous aimez les belles histoires d'amour et les belles femmes, je vous encourage vivement à voir ce film. Je suis certaine qu'à l'image de "Claire of the moon", "Elena Undone" s'inscrira rapidement dans la catégorie très convoitée des "classiques du genre".

 
Bande annonce du film

Y.R

dimanche 3 juillet 2016

5ème Salon du livre lesbien de Paris : Soirée rencontre avec les auteures au Bar'Ouf

Oyez, oyez !

Dans le cadre du 5ème salon du livre lesbien de Paris qui se tiendra le samedi 9 juillet prochain de 14h00 à 18h00 dans les locaux de la Mairie du 3ème arrondissement de Paris, le Centre LGBT de Paris vous propose de rencontrer en "avant-première" quelques-unes des auteures qui seront présentes le jour du salon.

C'est donc avec une grande joie que je serai de la fête, en compagnie de Magariel et Lou Vernet, lors de la soirée de présentation des auteures qui se tiendra le MARDI 5 JUILLET prochain au Bar'Ouf (182 rue St Martin - Paris 3ème - M° Rambuteau) à 20h00.

A cette occasion, vous pourrez également acquérir mes deux romans et vous les faire dédicacer (un marque-page offert pour tout livre acheté).

A mardi !!!

Y.R.

"Souvenirs de Jade" - Format poche - 10,00 €
De père inconnu - Format broché - 20,00 €


5ème salon du livre lesbien de Paris le samedi 9 juillet 2016

Hello hello !!!

Je suis heureuse de vous annoncer que je ferai partie des auteures présentes au 5ème SALON DU LIVRE LESBIEN, organisé par le Centre LGBT de Paris, qui se tiendra le SAMEDI 9 JUILLET prochain de 14h00 à 18h00 dans les locaux de la Mairie du 3ème arrondissement (3 rue Eugène Spuller - M° Arts et Métiers - ligne 3 & 11 - Salle O. Pilpoul au 2ème étage). Retrouvez toutes les infos utiles sur la page Facebook de l'évènement.

A l'occasion de ce salon vous pourrez également rencontrer les 26 écrivaines avec lesquelles je partagerai l'espace ; Aïsa, Clémence Albérie, Anne Alexandre, Flore Avelin, Charlotte Bousquet, CAB, Cy Jung, Muriel Douru, Julia Faure, Françoise Flamant, Sylvie Géroux, Marie Michèle Lapanouse, Audrey Leroux, Julie Lezzie, Nicole Ligney, Véronique Madre, Magariel, Nancy Maurer, Muri-ailes, Claire Ponceau, Isabelle B. Price, Suzette Robichon, Virginie Rousseau, Spruyti, Lou Vernet.

N'hésitez pas à venir nous rencontrer, nous découvrir, nous soutenir comme vous le faites si bien.

A samedi !!

Y.R

dimanche 22 mai 2016

Some like it Scot...



1945. Claire et son mari Franck sont en lune de miel en Écosse, terre des ancêtres de ce dernier.

Tous deux tentent d'oublier la guerre qui s'est terminée six mois plus tôt et les a tenu éloignés l'un de l'autre durant plusieurs années.

Au fil de leurs visites, Claire et Franck découvrent les vestiges d'une culture disparue depuis longtemps et dont les grandes lignes se trouvent cachées dans les livres d'Histoire que Franck étudie afin de reconstituer l'arbre généalogique de sa famille dont Jonathan Randall surnommé "Black Jack", Capitaine dans l'armée de sa Majesté Georges II, est le plus illustre membre.

Caitriona Balfe - "Claire"
Pendant ce temps, Claire qui reste attentive aux récits de son époux, s'adonne à l'une de ses passions; la botanique médicinale. Passion qui va changer le cours de sa vie. Alors qu'elle se rend sur un site auquel les anciens prêtent des vertus magiques, une force irrésistible la pousse à apposer les mains sur la mégalithe qui surplombe le site.

A compter de cet instant, Claire n'est plus en 1945, mais se retrouve transportée au même endroit, quelques 200 ans plus tôt, en 1743...

Commence alors un périple qui la conduira d'une bataille entre les Highlanders et l'armée anglaise, à l'intimité du clan MacKenzie, qui ne voit en elle qu'une espionne à la solde de Georges II, l'ennemi juré de l'Écosse. 

Claire devra taire qui elle est vraiment si elle veut survivre et avoir une chance de retourner là d'où elle vient. Mais c'est sans compter sur sa rencontre avec Jamie, dont le destin risque fort de se lier à celui de Claire dans un enchevêtrement de situations et d'aventures qui conduiront celle-ci à devoir faire un choix entre vivre son avenir dans le passé ou l'oublier dans le présent...

Sam Heughan - "Jamie"

Dans "Outlander", adaptation télévisée de la saga littéraire de Diane Gabaldon, nous voyageons au cœur de l'Écosse du 18ème siècle afin d'y découvrir notamment ses coutumes et ses croyances. Cette série est un pur bonheur pour qui aime les réalisations riches et extrêmement bien écrites. 

Dès le premier épisode vous ne pourrez qu'être conquis par la beauté de Caitriona Balfe, la virilité de Sam Heughan et l'ambivalence de Tobias Menzies qui interprète les rôles de "Franck" et "Black Jack".

Tobias Menzies - "Franck" et "Black Jack"
Tout y est. Aventure, grands espaces, magie, romance, Histoire, suspens... Les décors sont superbes et si bien recréés que l'on s'y croirait. La réalisation intelligente et terriblement juste. Les lumières parfaites et les costumes somptueux.

Autant vous prévenir tout de suite que vous ne pourrez pas éviter de devenir complètement addict. Alors réfléchissez bien car si vous suivez Claire, le retour à une vie normale sera peut-être impossible...

Y.R






samedi 26 mars 2016

Soirée dédicace pour fêter la sortie de "De père inconu", le 16 avril 2016 !


Hello les amis ! 

A l'heure où les premiers exemplaires de mon dernier roman "De père inconnu" sortent de l'imprimerie, c'est le moment d'organiser la fête de sa sortie !!!!

C'est pourquoi, je vous donne à tous rendez-vous au Bristro i, qui se situe au 56 boulevard Voltaire - PARIS (11ème) le SAMEDI 16 AVRIL prochain de 18h00 à 21h00 pour une soirée dédicace à l'occasion de laquelle nous pourrons papoter un brin et déguster les délicieuses spécialités du lieux 
(je vous conseille vivement le burger végétarien qui est à tomber !).


Vous avez 2 bonnes raisons de venir nombreux :


a - venir vous faire dédicacer un exemplaire de "De père inconnu" (avec une bise en prime),

b - soutenir le Bistro i qui fait partie des commerces voisins du Bataclan et à qui vous manquez cruellement.
 
En plus c'est l'anniversaire de Laïs, la patronne, alors faites-lui le plus beau des cadeaux. Venez...

Les terroristes ont supprimé des vies, ne les laissons pas supprimer la vie du quartier !!!

A samedi 16 avril !!!! Venez nombreux !!

Ysabel


dimanche 21 février 2016

Partage avec ton voisin !


Qui n'a jamais entendu des connaissances ou des amis tenir de grands propos sur la société et ses inégalités. Mais si réfléchissez bien...

Ces gens qui vous expliquent comme si vous étiez ignorants ou aveugles et sourds, que nous vivons dans un monde qui n'a aucune pitié pour les plus faibles. Ces militants de l'humanité qui n'hésitent pas à se rendre aux manifs de soutien aux sans-abris, avant de rentrer bien au chaud dans leur appartement parisien situé dans un quartier où le prix de la baguette vous reste coincé en travers de la glotte. Un quartier où l'on va chez le fromager et pas au Monoprix. Lequel Monoprix le plus proche est de toute façon beaucoup trop loin...


Ces gens qui bondissent devant leurs télés et déclament en voyant la misère au JT, mais qui ont préféré s'installer dans un quartier où l'on ne risque pas de la voir en bas de l'immeuble. Ah ben oui... Faut pas exagérer non plus...

Et si... Et si pour lutter contre une vague de froid exceptionnelle, le Gouvernement ordonnait à toutes les familles logeant dans un appartement spacieux, de recueillir des sans-abris et des mal-logés ?...

A partir de là... Les convictions s'étiolent, les idéaux s'émiettent, les coups bas se multiplient, les petits arrangement entre ennemis voient le jour et la vie quotidienne prend une tournure bien inattendue...

"Le grand partage" présente avec intelligence et une certaine jubilation, la panique de ces "gens biens" à l'idée de voir débarquer la misère dans leur immeuble.


Tout y passe, les bobos qui renient leurs convictions pour éviter d'ouvrir leur porte, les abonnés au Figaro qui arrachent mamie à sa maison de retraite pour remplir les quotas familiaux ou encore ceux qui déménagent pour faire au plus simple...

Sous la direction d'Alexandra Leclère, on retrouve entre autres au casting, Karin Viard, Didier Bourdon, Valérie Bonneton et Josiane Balasko qui nous font de passer un très bon moment de ciné devant cette comédie dont le sujet est finement traité et où les rebondissements ont un air de vérité...
 Y.R