Pages

samedi 4 août 2012

Comment flinguer un film avec les deux dernières lignes de dialogue...

Lorsque je me suis assise dans mon fauteuil, je n'avais pas d'attente particulière si ce n'était de retrouver l'actrice et réalisatrice Jennifer Westfeldt dont j'avais beaucoup aimé la prestation dans la comédie "La tentation de Jessica". En allant voir "Friends with kids" j'imaginais passer un bon moment, ce qui a été majoritairement le cas. J'avoue que voir comment l'arrivée d'un ou plusieurs enfants dans un couple, fusille intimité et complicité pour ne créer qu'un foutoir sans nom où les engueulades et les reproches se partagent la vedette, n'a fait que renforcer ma décision de ne pas avoir moi-même de ces petits individus qui peuvent se transformer en arme de destruction massive de la libido et de l'ordre dans la maison... Attention, j'adore les enfants ! Mais surtout chez les autres et je tire mon chapeau aux courageux et courageuses qui se jettent dans cette aventure ! 

Bref, pour en revenir au film, bien que ce dernier force un peu le trait, cela reste un bon moment, jusqu'à l'instant du dénouement où... les deux dernières lignes de dialogue GÂCHENT TOUT LE RESTE !!! Je vous parle de la version originale, je ne sais pas comment les responsables du doublage en français auront gérer ce point. Combien de fois faudra-t-il le dire ? La force des sentiments ne nécessite pas obligatoirement la vulgarité des mots ! Nom de diou de nom di diou !!! Je ne comprends pas que personne dans l'entourage de la réalisatrice n'ait soulevé ce point ! Sauf si cela est tout à fait volontaire, alors là... j'avoue que je n'y comprends rien... Et ne venez pas me dire que je suis trop romantique !