Pages

samedi 22 décembre 2012

Thrillers encore et toujours...

"Ils sont tous nés le 11 septembre 2001.
Il ne leur reste guère plus d'un an à vivre.
Ils parlent tous une langue oubliée.
Leur sort est lié au Grand Secret, un secret terrifiant qui remonte à l'aube du monde.
Et seul un enfant du premier matin, un enfant du renouveau pourra lever cette malédiction...
Seul un enfant du premier matin pourra mettre fin au Grand Secret
"...

Dans ce roman, Nicolas d'Estienne D'orves, nous entraîne dans un voyage aussi bien temporel que terrestre. Il nous fait passer sans cesse de la fin du 19ème siècle à notre époque, tout en douceur, sans accros. 

J'ai adoré ce thriller qui nous happe dès les premières pages pour nous rendre notre liberté qu'à la dernière. Fidèle à son style, cet auteur fait une fois de plus la preuve de son immense talent et de sa maîtrise de la langue française. Suspense, émotion et questionnement intérieur, voici le cocktail explosif de "L'enfant du premier matin". Si vous aimez être emportés dans les bonnes histoires comme une vague vous transporte vers les rivages inconnus, alors ce livre est fait pour vous. 

Et si vous en redemandez encore, n'hésitez pas à lire aussi "Les orphelins du mal" qui ne manquera pas de laisser son empreinte si particulière dans votre mémoire littéraire et dont je partage avec vous le résumé, juste pour le plaisir.

"1995, en Allemagne. Le même jour, quatre hommes sont découverts, une ampoule de cyanure brisée dans la bouche, nus, la main droite coupée. Une seule certitude : les quatre hommes sont tous nés dans un Lebensborn, l'organisation la plus secrète des nazis, des haras humains où les SS faisaient naître de petits aryens pour réaliser leur rêve dément d'une race pure. 
Les autorités allemandes étouffent l'affaire.
 
Paris, 2005. Anaïs, jeune journaliste, est contactée par un étrange personnage, Vidkun Venner, un riche collectionneur norvégien. Vidkun a reçu une mallette, anonyme, contenant quatre mains momifiées. 
Quatre mains droites. Il veut qu'Anaïs l'aide à découvrir d'où elles viennent, et pourquoi on lui a envoyé ce macabre colis".