Pages

jeudi 31 janvier 2013

L'heure de la vengeance a sonné...

Une fois encore Kathryn Bigelow a encore frappé ! 

Avec ce nouveau film, la réalisatrice de talent nous invite au cœur de la traque d'Oussama Ben Laden (OBL). 

Sujet à controverse, la recherche du responsable des attentats du 11 septembre s'apparente à une véritable chasse à l'homme. Dans "Zero Dark Thirty", le spectateur a l'impression d'être au cœur de la machine militaire et bureaucratique mise en place après la chute des Twin Towers, tombées sous les assauts de deux avions de lignes. 

On savait les américains remontés et ivres de vengeance, mais les voir en action reste quelque chose de fascinant et de terrifiant à la fois. Lorsque que l'on sait que le scénario a été écrit à partir de rapports et éléments officiels, on se dit qu'il vaut mieux être du côté de la CIA que de celui des Talibans...

Des écoutes 24/24h, des filatures à travers un pays entier, des planques qui n'en finissent pas, des tuyaux trop souvent percés, des trahisons, des attentats suicides, des explosions ont été le lot des agents gouvernementaux américains envoyés sur les traces d'OBL.

est la jolie rousse qui tient le rôle de Maya, agent coordinateur de l'action. Elle mettra sa vie entre parenthèses durant plusieurs années et a vu plusieurs de ses amis victimes de ces intégristes qui avaient voué leurs vies à leur chef suprême, dans leur guerre contre l'Amérique. Son interprétation est très juste et sans faille. Inconsciemment, on espère avec elle que les renseignements sont bons, afin de mettre la main sur Ben Laden. J'ai par ailleurs beaucoup apprécié que la réalisatrice mette en avant le rôle crucial des agents féminins dans la lutte contre ces illuminés qui pensent que les femmes leur sont inférieures...  Beaucoup d'intégristes ont dû avaler de travers en voyant une femme débusquer leur boss...

L'aspect de cette traque qui peut opposer les spectateurs, est l'utilisation, par les Américains, de la torture afin d'obtenir les infos nécessaires pour trouver Ben Laden. Pour certains, avoir recours à cette forme d'interrogatoire est inexcusable, pour d'autres (dont certains ont connu le terrorisme dans leur propre pays et qui encore aujourd'hui, sursautent dès qu'une alarme résonne dans le métro parisien, leur rappelant ainsi les alertes précédant une explosion), la fin justifie les moyens... Le débat est ouvert. 

Il faut au moins rendre justice à Kathryn Bigelow pour en avoir parlé sans fard dans son film, mettant ainsi le doigt sur la responsabilité de la CIA et autres agences gouvernementales américaines dans leur lutte contre le terrorisme. Un culot que beaucoup n'ont pas eu par le passé...

lundi 28 janvier 2013

Ma première interview parlée...

Durant la manif pro mariage pour tous du 27 janvier, alors que nous nous trouvions face à des membres de Civitas, qui affichaient une banderole ayant pour titre «Et demain j’épouse ma chèvre ?» mettant ainsi en parallèle homosexualité et zoophilie, j'ai eu le plaisir d'être interviewée par une jeune journaliste oeuvrant pour le site "11 étages".
Je vous propose d'écouter une partie de cette interview faite "sur le vif"... 
Franchement je suis très heureuse de faire partie de cet article...
Cliquez ici pour écouter une partie de cette interview
 
 
 
 
 

mercredi 23 janvier 2013

Quand le "coming out" apparaît sous la plume de Yourcenar...

Marguerite Yourcenar... Connaissez-vous Marguerite Yourcenar ? Et bien autant être honnête tout de suite, en ce qui me concerne, je ne connaissais de Yourcenar que le nom. Je n'avais jamais lu aucun de ses écrits, jusqu'à aujourd'hui. Vous comprendrez donc que je n'aurai pas ici, dans ce post, l’outrecuidance de prétendre vous raconter sa vie... Mais je vais tout de même vous donner mon sentiment après avoir lu "Alexis ou le Traité du Vain Combat". 

Ce premier roman, publié en 1929, se présente comme une longue lettre (voire très longue lettre...) d'un homme, Alexis, à sa femme, Monique, lui confiant à mots couverts son homosexualité et lui annonçant sa décision de la quitter par souci de vérité et d'honnêteté.

Autant le dire tout de suite, le style littéraire de Yourcenar est un style sans commune mesure avec ceux que l'on peut lire et découvrir de nos jours. Bien que seulement 84 ans nous séparent de la parution de cet ouvrage, nous sommes aujourd'hui sur une rive bien éloignée de celle où se trouvent cette œuvre de Yourcenar.  

Dans "Alexis ou le Traité du Vain Combat" elle nous plonge au cœur d'une époque où les conventions dictaient souvent les vies et où les apparences constituaient les mailles du tissu mondain. C'est dans cette société aux codes secrètement établis que doit vivre le jeune Alexis. Musicien torturé par des inclinations dont la société n'est pas prête à attendre les accents. Il accepte un mariage de convention qui l'unit à Monique, une jeune femme dont il ne pense que du bien mais qui n'a malheureusement qu'un seul "défaut", celui de ne pas être un homme. Car Alexis est homosexuel et ne peut se résoudre à vivre deux vies parallèles par souci d'honnêteté envers cette épouse qui ne lui inspire que douceur et amour fraternel. 

Quand j'ai lu ce roman, j'ai été frappée par une écriture entrelacée, où les pensées de ce jeune homme sont couchées sur le papier à la manière d'arabesques, pour donner naissance à sa confession sans jamais en prononcer les mots essentiels. La confession d'Alexis pourrait être la métaphore d'un accouchement dont les douleurs vont et viennent au rythme de l'évocation des extraits de sa vie. L'emploi de l'imparfait du subjonctif nous ramène à une époque où la galanterie signifiait quelque chose, où les dames ne pouvaient recevoir lorsqu'elles étaient indisposées, où enfants et parents se vouvoyaient. Certains y verront une époque rétrograde, j'avoue que j'ai aimé y voir une époque de politesse. Même si je préfère vivre à l'époque qui est la mienne, puisqu'elle est à moi et que je la connais, j'avoue qu'un petit bond dans le temps à ce quelque chose de dépaysant pas désagréable du tout...

Au fil des pages, on ressent le mal-être de cette âme qui se flagelle de ne pas être attirée par le beau sexe et l'on souffre presque avec elle. C'est un roman qu'il faut lire au coin du feux comme pour recueillir la confession secrète et difficile d'un ami. L'ont dit que tout auteur met un peu de sa propre vie dans ces écrits. Marguerite Yourcenar a sans nul doute pris pour sujet de premier roman, un pan de sa propre vie pour en traiter si précisément et justement l'essence. Après ça, on comprend mieux pourquoi Marguerite Yourcenar a été la première femme invitée à faire partie de l'Académie Française. Une institution prestigieuse pour une plume de prestige...

Merci à Marguerite Yourcenar pour ce beau moment de lecture et merci à cette âme, si chère à mon cœur, pour m'avoir permis de le découvrir...

Avis de recherche en Belgique. Aidez-nous à retrouver Zarra et Ourko

Bonjour les amis,

Vous savez que j'aime les animaux. Et bien aujourd'hui, vous trouverez ci-dessous le message d'une jeune femme belge qui recherche ses deux chiens disparus en défendant la famille, face à des intrus nocturnes. Je vous laisse en prendre connaissance. N'hésitez pas à m'envoyer un mail si vous avez des infos (ysabel.rousseau@yahoo.fr)

Faites tourner l'info et merci de votre aide.

"Bonjour à tous,

Merci de bien vouloir lire ce qui suit j'ai besoin de l'aide de toute les bonnes volonté.

Cette nuit, un ou des individus se sont introduit dans ma propriété, ils ont certainement été surpris et coursés par mes deux chiens, le temps que j’intervienne, mes chiens avaient disparu.
J’ai appelé le 101 pour solliciter le passage d’une patrouille. je réside seule avec mes enfants dans un endroit isolé et je ne me sentais plus en sécurité.
30 minutes plus tard je reçois un appel de la police des hauts pays qui, malgré mon inquiétude, semble estimer inutile de faire les constatations d’usages. Peut-être parce qu’ils manquent d’effectifs, ou peut-être encore à cause des conditions météorologique
L’inspecteur m’informe qu’ils vont simplement tenter de localiser mes chiens.
Depuis plus aucune nouvelle, j’ai pris l’initiative d’appeler la brigade ce matin pour m’entendre dire que rien ne leur à été signalé.
Outre l’inquiétude et la tristesse de ne pas savoir ou se trouvent mes chiens, je déplore que certains membres des forces de police manquent de la plus élémentaire conscience professionnelle et ne sont pas en mesure d’évaluer les priorités lorsqu’un justiciable sollicite leur intervention.
Ceci étant dit, je recherche activement mes chiens, un American staff femelle bringée de 5 ans qui répond au nom de Zarra et un chiot mâle blanc tacheté de 8 mois appelé Ourko. Ils sont tout deux pucé.
Si vous pouviez partager l’info aux plus grand nombre, aux vétérinaires etc… cela m’aiderait dans mes recherches. Je vous remercie tous.
PS : Les chiens ont disparu dans l’entité d’Hensies".

dimanche 20 janvier 2013

"Django unchained" un western-spaghetti sauce Tarantino

Dites-moi western, je lève une oreille. Mais si vous me dites que ce western est réalisé par Quentin Tarantino, alors là, j'aurai pris ma place avant la fin de votre phrase ! 

Je crois pouvoir dire que j'adore ce que fait Tarantino. Jusqu'ici, Kill Bill (1 & 2) occupait la première place dans mon top 3, et bien aujourd'hui je peux dire "Django unchained" vient lui tenir compagnie au rang d’exæquo. 

2h44 de pur bonheur ! Attention, je ne vous dis pas que l'on rigole à chaque changement de plan ! Loin de là ! Mais même si le Grand Quentin pousse un peu sur l'hémoglobine (il doit la commander à l'hectolitre quand les autres réalisateurs, eux, l'achètent au litre...) on se régale ! Il a été magistral pour nous raconter l'histoire d'un esclave noir, Django le bien nommé (Jamie Foxx), qui se voit racheté par le Dr King Schultz (Christoph Waltz), un dentiste-chasseur de primes qui, en échange de son aide pour capturer trois fugitifs que seul Django peut identifier (ben oui la photo numérique était encore loin à l'époque !) lui promet de lui rendre sa liberté et même de l'aider à retrouver sa femme, vendue à un propriétaire de plantation sudiste, riche et sans pitié (Leonardo DiCaprio).

Autant vous dire que Django ne met pas longtemps à peser le "pour" et le "contre"...

S'en suit une chasse à l'homme mêlant action, paysages sublimes, coups de feu et beaucoup d'humour ! Seul Tarantino pouvait se permettre de tourner le Ku Klux Klan en dérision...

N'oublions pas, entre autres très bonnes surprises, l'interprétation de Samuel L. Jackson méconnaissable sous les traits d'un vieux domestique presque aussi haineux que son patron, qui préfère consolider sa place dans la hiérarchie de la maison que de venir en aide aux siens...

Bref, Tarantino nous présente un film où les blancs ne sont pas tous esclavagistes et les noirs ne sont pas tous férus d'égalité et de liberté.

Bien sûr, je n'oublie pas la bande originale choisie à la perfection et qui colle au film comme une seconde peau. Que du bonheur je vous dis !
 

Donc si vous aimez les westerns qui ne vous laissent pas une minute de répit et les films d'action, "Django unchained" est fait pour vous. Mais si la vue du sang vous donne des haut-le-cœur, préparez-vous à faire un tour sur les montagnes russes !...



lundi 14 janvier 2013

Madame Veil, aujourd 'hui, mon coeur de femme saigne.

Madame Veil,

Je suis née en 1975, année durant laquelle vous avez fait voter la loi autorisant l'avortement. Pour ce faire, vous avez dû faire face aux plus graves insultes, aux calomnies, aux propos orduriers que les députés vous ont asséné comme autant de coups de poignard dans le cœur de votre histoire personnelle. Pourtant vous avez tenu bon. Vous avez tenu bon pour les millions de femmes qui n'avaient pas le droit de disposer de leurs propres corps. Vous avez su garder la tête haute pour que la société française avance sur le chemin de la modernité, pour que les mentalités changent.

Enfant, ma maman me disait "Regarde bien cette dame ma fille. Elle s'est battue pour toi, pour moi, pour nous les femmes". Je vous admirais à un point que vous sauriez imaginer. Vous étiez pour moi la quintessence du courage et de l'engagement.

Mais aujourd'hui mon cœur de femme saigne. 

Aujourd'hui, j'ai pris connaissance de votre participation à la manifestation de ce 13 janvier, contre le mariage pour tous. Vous, la femme qui avait lutté pour la reconnaissance des droits de chacun et de l'égalité pour toutes. Bien sûr, personne ne peut vous enlever le droit d'avoir une opinion, quelle que ce soit cette dernière. Mais avez-vous bien réfléchi avant de descendre dans la rue participer à une manifestation allant à l'encontre de l'égalité ? Avez-vous réalisé que vous preniez part à une marche organisée par l’Église catholique. Cette même Église catholique dont les dirigeants ont, en ces heures noires de l'Histoire de l'Humanité, facilité la fuite de ces criminels de guerre nazis qui avaient eux-mêmes participé à la déportation et la mise à mort de six millions de juifs ? Vous souvenez-vous que parmi les déportés de la seconde guerre mondiale, les homosexuels ont côtoyé les vôtres dans le processus infâme de l'épuration orchestrée par les nazis ? Avez-vous pensé qu'en participant à cette marche où les pires propos homophobes ont été écrits, montrés et hurlés dans les rues de la capitale, faisant de Paris, la capitale mondiale de l'homophobie en ce sinistre jour de janvier, vous souteniez implicitement cette Église qui n'a pas permis hier que justice soit rendue aux pauvres innocents sacrifiés sur l'autel de l'horreur ? Et qui aujourd'hui, clame que tous les êtres ne sont pas nés égaux.

J'aimerais tant penser que vous vous êtes trouvée là par hasard. Mais malheureusement, les images me détrompent. 

Madame Veil, si vous saviez comme je suis déçue par votre choix. Je respecterai toujours le combat que vous avez mené ainsi que la souffrance qui fut la vôtre et celle de vos proches disparus, mais ne me demandez pas de répéter à mes nièces ce que ma mère m'a si souvent dit... Je ne saurai pas quoi leur répondre quand elles me demanderont "Alors pourquoi cette dame a estimé que tu n'avais pas les mêmes droits que ta sœur, notre mère ?

Non, je ne saurai pas quoi leur répondre et c'est bien là le plus triste...

Ysabel

dimanche 13 janvier 2013

Même 007 peut avoir un petit coup de mou !...

Croyez-le ou non, en super fan de ciné que je suis, je n'avais jamais vu un James Bond ! Oui je sais, c'est paradoxal... Mais j'avoue que voir à chaque fois, un espion se sortir de situations des plus dangereuses en utilisant sa montre hélicoptère, sa cravate corde à nœuds ou encore son stylo fusée, tout en séduisant, toujours à chaque épisode, deux naïades (faut croire que 007 n'envisage les conquêtes que dans des suites paires...) ne me disait rien. Je n'avais jamais été séduite par le concept à vrai dire. 

Mais lorsque j'ai vu la bande annonce de Skyfall dans laquelle le super agent chope un petit coup de mou, je me suis dit "Tiens ça change... Allons voir ce qu'il en est..." Et bien les amis je n'ai pas été déçue du voyage ! Moi qui aime les scènes d'action avec des poursuites et des explosions dans tous les sens, j'ai été servie ! Chapeau bas aux cascadeurs dont les performances sont à saluer avec le plus grand respect. En plus, la photo est géniale et la bande originale aussi ! Faut dire que c'est quand même la nouvelle reine de la soul qui s'y colle en la personne d'Adèle !

Sans oublier que parmi le casting on retrouve dans le rôle du méchant un Javier Bardem plus que convainquant (j'aimerais pas le rencontrer la nuit dans une ruelle sombre le garçon...) et cocorico une frenchy au charme sulfureux, Bérénice Marlohe, qui n'a rien à envier aux stars d'Hollywood ! Elle y interprète une jeune femme prise au piège d'une relation qui ne l'enchante guère et dont 007 va tenter de la sortir. Ben oui, c'est quand même le moins que puisse faire le héros pendant qu'il y est ! On est gentleman ou on ne l'est pas ! Bien sûr le reste des personnage assure un max, sans quoi Skyfall ne serait pas autant réussi ! 

Donc, si vous n'avez encore pas vu ce nouvel opus et que vous aimez les bons films d'action tentés d'une touche d'humour so British, je vous encourage à prendre vos places et à vous laisser emporter par l'équipe du MI6. 

Pas de stress, les amis, 007 veille au grain ! ;-)



mercredi 9 janvier 2013

Attention mesdames et messieurs, le train de l’intolérance et l’obscurantisme va bientôt partir !


Je dois bien avouer ma surprise quand j’ai entendu que des TGV spéciaux et des centaines de cars allaient être tout spécialement réservés au transport des opposants au mariage pour tous, désireux de se rendre à la manifestation du 13 janvier prochain à Paris. Je suis encore plus étonnée (mais là j’avoue bien humblement une naïveté naturelle) par la mobilisation de bon nombre de représentants du clergé catholique, contre le projet de loi qui enflamme notre société depuis quelques semaines. J’ai beau chercher dans mes souvenirs, je ne me souviens pas d’une telle mobilisation lors du scandale des prêtres pédophiles. Il faut croire que les victimes de ces violeurs en soutane et leurs familles ne méritaient pas autant d’attention, si j’en crois le silence de plomb qui s’est abattu sur ledit clergé lorsque ces affaires ont fait la une des journaux… On n’était pas fiers à Rome sur ce coup-là hein ? On n’a pas ramené sa fraise pour dénoncer publiquement la honte qui souillait vos rangs comme une mélasse bien épaisse dont on arrive jamais vraiment à se défaire. Seulement voilà, à force de toquer à votre porte, les médias vous ont obligés à prendre la parole… Par contre, vous ne vous êtes pas rués sur les TGV ou les bus XXL pour venir soutenir les victimes ? Enfin moi j’ai rien vu, ni entendu en tout cas…

Donc j’en viens à me poser la question suivante : est-il plus important pour vous d’empêcher deux personnes de même sexe de se marier civilement que de protéger les enfants de vos ouailles ?
 
Avouez qu’il y a de quoi s’interroger ?

Et là je me permets d’attirer votre attention sur le mot « civilement »… Car sauf erreur de ma part, c’est ce dont il s’agit ? Un mariage CIVIL et non religieux ? Alors-là une autre question me brûle les lèvres… De quoi je me mêle ????? L’État français ne vous donne son avis sur la manière dont vous gérez votre business ? Il ne vous impose pas le prix des cierges ? Où les dimensions de vos soutanes et autres bures ? Il ne vous dit pas que votre garde-robe d’apparat avec toutes ces dorures (pour une religion dont le prophète a vécu dans la plus humble pauvreté ça se pose là, mais passons…) est trop disco ? Alors on peut savoir pourquoi vous venez vous mêler de ce qui se passe dans nos mairies ?

Il est vrai que lorsque l’on a la chance de voir son mouvement porté fièrement par des personnalités telles que Christine Boutin et Frigide Barjot, on peut y aller gaiement, si vous me permettez cette expression… Faut dire que c’est quand même la crème de la crème qui prend la tête du cortège ! 

La première est tellement obsédée par sa Bible qu’elle aimerait voir le Président de l’Assemblée Nationale et les députés faire la génuflexion avant de rentrer dans l’hémicycle. Elle se permet même de donner des cours de moralité aux couples alors qu’elle est elle-même, mariée à son cousin (comme quoi la consanguinité ne préserve pas que les fortunes familiales mais aussi les tares…) et en plus elle a menti en prétendant qu’elle aurait fait la grève de la faim si elle n’avait pas obtenu les 500 signatures de parrainage nécessaires à sa candidature à l’élection présidentielle de 2012. Résultat : pas de Bou-Bou en lice pour la course à la présidence et pas de grève de la faim non plus, voire même de la parole (et Dieu sait que ça nous aurait fait du bien !). Pas bien Bou-Bou de mentir ! C’est pas très catholique tout ça…

Quant à la seconde, écrivaine et pseudo-comédienne sur le retour, qui à défaut de capter l’attention des professionnels, tente de revenir sur le devant de la scène et de redorer son image en brandissant un crucifix pas plus efficace pour son compte hier qu’aujourd’hui... Et bien oui l’image ? Déjà que, lorsque l’on choisit un prénom de scène comme celui de « Frigide »… Faut pas se demander s’il y a la lumière à tous les étages ?... Dur de réaliser combien il est difficile d’être quand on n’a jamais vraiment été hein Frigide ? Alors pourquoi ne pas épouser la cause du moment ? Après tout Dieu est aussi bon agent qu’un autre non ?

Bref, alors comme ça on réunit les paroissiens bien-pensants avec toute la panoplie du bon petit manifestant ? Oriflammes aux slogans bien homophobes, en deux tailles hein ? Ben oui ça serait dommage que les enfants ne puissent pas témoigner de l’intolérance de leurs parents ? Braves petits chéris embarqués dans une discussion qui les dépasse… Sifflets et autres crécelles pour rythmer le pas cadencé de l’hypocrisie. Ah si ! Penser que les homos envahissent nos rangs et nos rangs seulement, c’est de l’hypocrisie. Ou de l’aveuglement je ne sais pas. Car si des cathos existent parmi les homos, l’inverse aussi vrai…  Donc, soit ces derniers ont peur de se faire lyncher à coup de serre-tête en velours par une mère de famille nombreuse ultra fière de son mari, diacre de sa paroisse. Soit ils dévorent du regard leur calendrier des Dieux du stade ou se passe en boucle l’intégrale des six saisons des L Word, en douce ! Quoi qu’il en soit, c’est de l’hypocrisie ! Vous n’allez quand même pas me dire que tous les manifestants qui ont prévu de défiler contre le mariage gay, sont hétéros ??? Sortez le nez de vos missels et ouvrez les yeux ! Et pas la peine de vous munir de tonneaux d’eau bénite, ça n’y changera rien...

Et le comble du comble, vous vous permettez de donner des leçons de morale aux enseignants ? Fussent-ils employés par des établissements catholiques ! On ne vous a jamais parlé du devoir de neutralité de l'éducation en France ? Rappelons que si vous argumentez que l'État n'a pas son mot à dire dans vos écoles, il n'en demeure pas moins que vous acceptez sans broncher les 7 milliards d'euros de subventions dudit État !... Les syndicats d’enseignants vont vous botter l’arrière-train avec autant de force qu’un pitbull mort les miches du premier monte-en-l’air venu ! C’est l’encens qui vous monte à la tête ou bien le vin de messe qui était bouchonné ? Au passage, merci à ceux et celles qui nourrissent la lutte syndicale de tous bords…

Vous trouvez que j’utilise des clichés ? Je ne fais que suivre votre exemple mesdames et messieurs les bien-pensants… Vous vous opposez au mariage gay aujourd’hui. Et demain, vous vous élèverez contre le mariage mixte ? Vous pointerez du doigt, telle personne en raison de la couleur de sa peau ou de son appartenance religieuse ?  Nostalgiques des heures les plus noires de notre Histoire ? Et que ferez-vous lorsqu’un couple gay viendra vous voir pour baptiser son enfant ? Vous refuserez le baptême au nouveau-né ? Allant ainsi contre les principes mêmes que vous embrassez lors de votre ordination ? La charité, l’amour de son prochain, l’assistance aux plus fragiles et démunis sont-ils soumis à certaines conditions connues de vous seuls ? 

N’oubliez pas que Jésus aussi avait deux papas… 

Ysabel

jeudi 3 janvier 2013

Prochaine sortie : "Porte Comédie" !

 
Il nous a touchés et amusés dans "Intouchables", et bien Omar Sy est de retour dans "De l'autre côté du périph" où il partage l'affiche avec Laurent Lafitte (sociétaire de la comédie Française... Oui Madame, rien que ça !...)

Dans cette comédie 100% urbaine, le duo nous présente deux flics aux méthodes aussi différentes que leurs origines. Le flic parisien pétrit de préjugés sur la banlieue, doit se coltiner un collègue du 93 au style beaucoup plus décontracté. Enfin décontracté... Décontracté jusqu'au moment où leur enquête les entraîne dans le milieu très secret du libertinage et là, je vous promets que ça vaut le coup ! Rires assurés !!! 
 
La réalisation ne laisse aucun temps mort, et rien n'est épargné à personne. Tout le monde en prend un peu pour son grade et ça fait du bien ! Les racailles, les bourges, les flics, les syndicats... Bref, on habille pour l'hiver mais sans tomber dans le vulgaire ou l'insultant. Un savant mélange bien mesuré et équilibré ! A noter la bande originale très sympa qui rythme le film à la perfection, bravo à Ludovic Bource. 


mardi 1 janvier 2013

Une nouvelle année pour tout réussir !


Bonne année et bonne santé à vous tous ! Que 2013 vous apporte santé, bonheur, amour, joie et un peu d'argent quand même pour profiter de toutes ces bonnes choses !

Que puis-je souhaiter personnellement pour 2013 ? Et bien entre autres choses, une belle année pour "Souvenirs de Jade", la publication de mon nouveau roman, le vote du mariage pour tous...

Prenez soin de vous et de tous ceux qui vous sont chers et surtout n'oubliez pas de profiter de la vie !

Ysabel